Händel, Sabine Devieilhe, Lea Desandre, Le Concert d’Astrée, Emmanuelle Haïm

Parmi les parutions de ce début d’année, peu sont aussi enivrantes que cet exaltant album rassemblant trois cantates composées par le jeune Händel, alors très influencé par la musique italienne. Emmanuelle Haïm complète ainsi un parcours sans faute des oeuvres du compositeur (cf. son excellent Messie) et se voit associée à la stratosphérique soprano Sabine Devieilhe. Le programme combine Aminta e Fillide, une cantate pour soprano et mezzo, Armida abbandonata pour soprano seule et La Lucrezia pour mezzo seule, ainsi qu’une Sonate en trio en si mineur assurant une respiration instrumentale entre ces deux dernières. Magnifique surprise : la mezzo Lea Desandre n’a rien à envier à la virtuosité vocale de Sabine Devieilhe. À côté du feu d’artifice vocal, l’orchestre déploie un accompagnement ardent très articulé et mordant. Seul petit bémol aux oreilles de certains : la prise de son très précise (perception nette du continuo) inscrit les voix dans l’acoustique un peu trop généreuse et brillante de l’église Notre-Dame-du-Liban.

Écoutez un extrait des cantates d'Händel

Händel

★★★★
Classique

Cantates italiennes, Sabine Devieilhe, Lea Desandre, Le concert d’Astrée, Emmanuelle Haïm, Erato 2 CD 0190295633622