Fairgrounds, Jeff Ballard

Après le contrebassiste Larry Grenadier, l’autre membre du trio de Brad Mehldau — le batteur Jeff Ballard — lance à son tour en ce début 2019 un album en tant que leader (son deuxième) : la preuve par trois de la profondeur de ce groupe. Celui mené par Ballard (le superbe Lionel Loueke à la guitare, Kevin Hays et Pete Rende aux claviers, Reid Anderson aux machines électroniques) s’exprime dans un cadre aux frontières élastiques : « La seule restriction était une liberté totale de jouer, ou pas, tout ce qu’ils voulaient jouer à n’importe quel moment », explique Ballard. Partant de là, on s’étonnera à moitié de trouver un si grand éclectisme à la proposition : réminiscences du Miles Davis des années 1970 ; passages funk ; segments R&B ; évocations ouest-africaines (Marche exotique) ; etc. Ballard déploie tout son (très imaginatif) arsenal rythmique, on trouve un peu partout des séquences relevées, mais… il manque à l’ensemble une quelconque ligne directrice : un ancrage pour en tirer du sens.

Écoutez The Man's Gone

Fairgrounds

★★★ 1/2
Jazz

Jeff Ballard, Edition Records