Au calendrier: la saison 2019-2020 de l’Orchestre Métropolitain

Joyce Di Donato 
Photo: Simon Pauly Joyce Di Donato 

On savait déjà que la saison 2019-2020 de l’Orchestre Métropolitain serait marquée par sa seconde tournée internationale, aux États-Unis, avec en soliste la mezzo-soprano Joyce DiDonato. Ce que le programme montréalais révèle, c’est la présence massive et inhabituelle des femmes. Sur cinq chefs invités, un homme blanc fait office de « minorité visible », puisque quatre de ses collègues sur le podium seront des femmes : Alondra de la Parra, Han-Na Chang, Jane Glover et Elim Chan — et avec des oeuvres majeures, la première dirigeant la Symphonie du Nouveau Monde et la seconde, la 10e Symphonie de Chostakovitch. Le concert d’ouverture verra aussi la présentation d’une oeuvre de la compositrice montréalaise Violet Archer, alors que le suivant sera l’occasion de créer un concerto de la Canadienne d’origine métisse Karen Sunabacka.

Yannick Nézet-Séguin dirigera Harold en Italie pour souligner l’année Berlioz, la 4e Symphonie de Bruckner, la 5e Symphonie de Jacques Hétu et la Messe en ut de Mozart. Il poursuit aussi le cycle Sibelius avec la 3e Symphonie, qui sera enregistrée en mai, lors des concerts proposant la fin des concertos de Rachmaninov avec l’extraordinaire pianiste Nicholas Angelich. Ce dernier viendra dès avril jouer le 5e Concerto de Beethoven, sous la direction d’Elim Chan, qui dirigera également Flammenschrift de Guillaume Connesson, dont nous sommes heureux d’entendre la musique à Montréal.

Nicolas Ellis, collaborateur artistique de Yannick Nézet-Séguin, se frottera à la 1re Symphonie de Rachmaninov et renouvellera son association si fructueuse avec Martin Carli pour un concert jeunesse en mars.