A Skeleton, Ben Shemie

Dès les premières notes cérémoniales d’orgue synthé (First) de cette occulte messe galactique, la descente (ou l’ascension) vers un purgatoire métaphorique et virtuel est amorcée. Avec A Skeleton, le chanteur et guitariste de la formation Suuns propose une première tentative en solo. Au milieu d’un dédale de froids corridors où résonnent une synthwave crue et une pop expérimentale à forte dose d’auto-tune, le chanteur se fait cyborg : homme-machine en symbiose avec les ondulations soniques générées par des claviers d’âge vénérable. Capté en une seule prise et sans réenregistrement (un genre d’Arche russe de la musique électro), A Skeleton est une œuvre certes cérébrale, mais aussi instinctive, qui n’est pas sans rappeler ce que fait Shemie avec son groupe, le rock en moins (A Skeleton, Arms Down). Mais ce délire de vieux synthés s’apprivoise : c’est quelque part entre la seconde et la troisième écoute que l’on commence à planer.


A Skeleton

★★★ 1/2
Synthpop

Ben Shemie, Hands In the Dark Records