Des prix Opus qui font chanter de plaisir

Le directeur général de la Société d’art vocal, André Lemay Roy, s’est vu remettre dimanche deux trophées.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Le directeur général de la Société d’art vocal, André Lemay Roy, s’est vu remettre dimanche deux trophées.

La 22e édition du Gala des prix Opus du Conseil québécois de la musique, à la salle Bourgie, dimanche, a doublement consacré comme concert de l’année le récital donné par Gérald Finley au Conservatoire de musique pour le compte de la Société d’art vocal dirigée par André Lemay Roy.

Il aurait été difficile d’imaginer plus juste et plus émouvant : un concert digne des plus grandes salles du monde par un grand artiste canadien enfin de retour à Montréal après plus de dix ans, mis sur pied par une société de concert tenue à bout de bras et de passion par des amoureux de la musique presque bénévoles.

Couronner cet après-midi de mai 2018 que nous avions qualifié de « renversant d’intelligence et de perfection » est aussi un signe d’encouragement envers un genre délaissé, fragile et précieux : la mélodie.

La mélodie triomphe pourtant en cette année 2018 puisque l’intégrale des mélodies de Fauré, sous la houlette d’Olivier Godin chez Atma, remporte le prix Opus pour l’album romantique de l’année. Là aussi, c’est du niveau international avec nos chanteurs d’ici : Hélène Guilmette, Julie Boulianne, Antonio Figueroa et Marc Boucher.

Disques et prix spéciaux

Parlant de rayonnement international, le prix afférent a évidemment été remis à l’Orchestre Métropolitain, alors que Charles Richard-Hamelin se voit consacré interprète de l’année, son concert de Sonates pour violon et piano de Beethoven avec Andrew Wan étant aussi distingué. L’événement musical de l’année est Svadba, d’Ana Sokolovic, mais en catégorie Musique moderne et contemporaine, c’est Le quatuor selon Ligeti par le Quatuor Molinari qui remporte le prix.

Un autre grand moment, celui des retrouvailles des Violons du Roy avec Leonardo García Alarcón est salué au titre de concert de l’année à Québec, alors que Vénus et Adonis de Blow par Clavecin en concert est distingué en musique ancienne. Jean Derome, qui l’emporte en musique électroacoustique pour Canot-camping, expédition #9, est aussi primé pour son disque Résistances. La création de l’année est À chaque ventre son monstre, de Gabriel Dharmoo.

Dans les catégories CD, outre Fauré, sont distingués Les voix humaines pour Lachrymae de Dowland et David Jalbert pour un CD Stravinski Prokofiev. Ce sont trois productions Atma.

À ces différentes récompenses s’ajoutent un prix remis à Gilbert Patenaude pour l’ensemble de sa carrière de chef de choeur, de compositeur et de pédagogue, 10 000 dollars offerts à la compositrice Nicole Lizée, ainsi qu’une distinction au Domaine Forget comme diffuseur spécialisé et à son directeur artistique, Paul Fortin.

L’animateur, Marc Hervieux, réalisait des entrevues avec les lauréats. Elles sont accessibles sur la page Facebook du Conseil québécois de la musique.