Extravaganza, Alexandre Désilets

Ce minialbum pas du tout attendu de l’ange chantant Alex Désilets fait irruption au beau milieu de notre janvier frigorifié, sur les plateformes numériques et pas ailleurs. C’est approprié, les plateformes, se dit-on, pour danser : Extravaganza est en effet une suite de six séances de réchauffement pour plancher de danse, idéal en boucle pour le gym. Très pulsion électro dansante des années 1990 dans le genre, avec du pur disco dans l’ADN. Pas tellement mon trucmuche, j’avoue, j’aime mon hiver engourdi : je ressortirais plus volontiers l’orchestral Windigo, génial album précédent, j’aime mon Alex lancinant. « Faut pas compter sur les hommes pour sauver les hommes… », chante ici le champion en sautillant, et il a bien raison. Je dis non merci sans façon tout en admettant que, dans le genre, c’est fichtrement bon. Pour les engelures, c’est souverain. Encore faut-il sortir dehors. Ma préférée est la moins dance et la plus soul : Dis-moi oui. Ça se danse sans bouger.

 

Alexandre Désilets — Extravaganza

Extravaganza

★★★
Pop électro

Alexandre Désilets, Téléchargement