Camino de Flores, El Búho

Drôle d’oiseau que ce Robin Perkins, un producteur de musique britannique qui crée sous le nom de scène El Búho. Non seulement est-il dépourvu d’attaches (il a vécu à Mexico, son étiquette est « mondiale » et il se trouve actuellement à Paris), mais ses genres n’en ont pas plus que lui.Camino de Flores, son deuxième album, est une escapade de sons ambient en plusieurs lieux frémissants — jungle, plage, espace, piste de danse — qui ne se décrit pas tout à fait unilatéralement. El Búho aime en effet superposer des couches mélodiques, où se distingue néanmoins toujours un droit fil, et jouer sur des sons trompe-l’oeil : ce bruit d’insectes (véritable), ne serait-ce pas finalement des percussions ? Très inspiré par la nature, cet album divertissant est parfois calme (superbe Mirando el Fuego), mais sa ligne est surtout pulsatile, façon électro de jardin, avec un bel enrobage de rythmes latins, avec flûtes et vents andins — sorte de joie insouciante qui, parfois, trempe dans une vase inquiète (Mot Mot). Voilà le travail curieux d’un vrai caméléon.


Camino de Flores

★★★
Expérimental

El Búho, Shika Shika