Brailowsky Plays Chopin, Alexander Brailowsky

Sony Classical regroupe enfin en un coffret l’intégralité du legs chopinien d’Alexander Brailowsky (1887-1982), pianiste ukrainien qui prit la nationalité française en 1926. Il est impressionnant de voir à quel point, hormis Alfred Cortot, les pianistes étiquetés « interprètes de Chopin » dans les années 1940, 1950 et 1960 (Stefan Askenase, Tamas Vasary…) sont d’un coup passés de mode à l’arrivée de Samson François ou Vladimir Ashkenazy. J’ai toujours entendu dire « Ah ! Brailowsky, c’est sucré, c’est complètement dépassé. » Or, chaque fois que je pouvais l’entendre, quelque chose me fascinait : un instinct animal, un flair pour la phrase, ce que l’auteur de la notice décrit comme une « spontanéité captivante ». Alors oui, il y a des intentions interprétatives, mais ce Chopin n’est ni sucré ni à l’eau de rose. Ce qui le pénalise le plus, c’est le réglage des pianos pour les enregistrements, qui, depuis, a fait bien des progrès. Le coffret, historiquement justifié, contient Valses, Études, Préludes, Concertos, Sonates et Nocturnes.

 

Alexander Brailowsky joue le 6e Prélude de Chopin

Brailowsky Plays Chopin – The Complete RCA Recordings

★★★
Classique

Alexander Brailowsky, RCA 8 CD 88985499992