Moon, Alison Sudol

Alison Sudol n’en est pas à ses premières musiques : on lui doit trois albums et une certaine vie de scène sous le nom d’emprunt A Fine Frenzy. Mais la musicienne et actrice américaine (Fantastic Beasts) est maintenant loin de ce moi ancien. Moon témoigne en effet d’une période noire marquée par une séparation et un diagnostic de dépression et d’anxiété — lâcher cet album a été, pour elle, un exercice souffrant en plein état de dévastation. Le résultat est impressionnant : avec le producteur Ali Chant (PJ Harvey), l’Américaine a construit une matière intime, lente, longue, légèrement changeante, où ne domine aucun genre. Avec son piano ambient, Escape the Blade a très peu en commun avec le dream pop percussif de Lonely Love ou les traînées de spoken word sur The Quickening — mais l’ensemble est mystérieusement cohérent. Alison Sudol ne s’impose jamais, laissant sa voix forte sciemment sous-jouée, comme une ampoule qui éclaire faiblement, mais éclaire. À écouter patiemment en attendant Moonlite, prévu au début de l’année.

Écoutez Escape the Blade

Moon

★★★ 1/2
Alternatif

Alison Sudol, Hearth