New Jawn, Christian McBride

Et un gros bang pour terminer 2018 : celui produit par le premier disque du nouveau groupe du contrebassiste Christian McBride. Le titre — qui est aussi le nom de ce quartet sans piano — fait référence à une expression de l’argot de Philadelphie, ville natale de McBride : « jawn » désigne essentiellement quelque chose (« thing ») qui n’a pas de nom précis. On y verra un clin d’œil au mouvement « new thing » qui désignait notamment les explorations d’Ornette Coleman (dans une formation similaire) au début des années 1960. Si le ton n’est pas au free jazz, l’esprit s’en approche : McBride a voulu un groupe qui ferait abstraction des accords pour développer la musique horizontalement. Nulle contrainte lyrique ou rythmique, nulle entrave tonale. Ce qui donne un album engageant, brillant, joyeux à maints égards, avec des relances explosives, des moments langoureux (un hommage à Monk, ou sur Kush) et une force de frappe générale puissante.

Écoutez Middle Man

New Jawn

★★★★
Jazz

Christian McBride, Mack Avenue