Owain Park, Choir of Trinity College

Cette parution ajoute une pierre à l’édifice de la « nouvelle musique chorale », discipline désormais importante, plus ou moins instaurée par John Rutter qui a montré tout le potentiel commercial lié à la vente des partitions ; mouvement ensuite totalement libéré et désacralisé par Eric Whitacre et Morten Lauridsen, qui se sont intéressés à la « choralisation » de poèmes profanes. Dans la génération suivante, l’inspiration d’un Ola Gjeilo (né en 1978) renoue avec le sacré (superbe Ubi caritas). Mais voici qu’Hyperion fait enregistrer à Stephen Layton et son choeur les oeuvres d’un compositeur de 25 ans, Owain Park. Et c’est… John Rutter qui se réserve la notice de présentation et nous parle d’un « univers sonore captivant » ! C’est juste : lignes mélismatiques sur de longues notes tenues par d’autres pupitres, le tout dans un univers harmonique post-Vaughan Williams (si vous connaissez par exemple le CD de l’ensemble vocal Quink) : il y a de quoi planer avec ce jeune inconnu, autant, voire plus, qu’avec Arvo Pärt.

Écoutez Beati quorum via

Owain Park

★★★★
Classique

Œuvres chorales. Choir of Trinity College, Cambridge, Stephen Layton, Hyperion CDA 68191.