Terpsichore, Le Concert des nations

Par cette parution, Jordi Savall délaisse pour un temps ses projets éditoriaux philosophico-humanistes (Jérusalem, Les routes de l’esclavage, Venise millénaire) pour renouer avec le plaisir musical des disques La folia, Ostinato ou Le siècle de Louis XIII. Pour célébrer la muse de la danse, le musicien catalan a choisi des œuvres de Jean-Féry Rebel (dont L’apothéose de la danse) et de Georg Philipp Telemann. C’est une partition de Rebel qui donne son titre au disque, La Terpsichore qui ouvre le programme, qui date de 1720 et suit donc de cinq années L’apothéose de la danse. Une pastorale, Les plaisirs champêtres, complète cette partie française. Telemann est représenté notamment par son ouverture La bizarre, œuvre majeure dans sa prolifique production. Même si La bizarre a déjà connu une version de référence, avec l’Akademie fur Alte Musik, la richesse des sonorités, l’extraordinaire qualité de la finition et de la prise de son, ainsi que l’unicité du couplage de Jordi Savall en font un disque à part.

Écoutez La Terpsichore: VI. Deuxième Rondeau, interprétée par le Concert des nations

Terpsichore

★★★★ 1/2
Classique

L’apothéose de la danse baroque. Le Concert des nations, Jordi Savall. Alia Vox SACD AVSA9929.