Maddalena ai Piedi di Cristo, Le banquet céleste

L’oratorio d’Antonio Caldara (1670-1736) Maddalena ai Piedi di Cristo, que les musicologues datent autour de 1698, nous a été révélé il y a un peu plus de 20 ans par un enregistrement de René Jacobs (Harmonia Mundi). Caldara y décrit le cheminement spirituel de Marie-Madeleine tiraillée entre Amour terrestre et Amour céleste sous les yeux de Marthe et d’un pharisien. Il y a une évidente légitimité à la lecture alternative du Banquet céleste, qui propose une vision plus « modeste ». Nous sommes dans une chapelle, face à l’édifice sonore plus grand de Jacobs. Damien Guillon lui-même interprète la Voix céleste, rôle tenu par Andreas Scholl chez Jacobs. Il séduit Emmanuelle de Negri, une Maddalena qui fait le prix de cette parution, tant elle est convaincante, vocalement mais aussi dramatiquement, dans sa métamorphose et ses doutes. Le petit bémol est à mes yeux la contralto Benedetta Mazzucato, un peu placide en Amour terrestre. Il est vrai qu’il n’est pas facile de succéder à Bernarda Fink. Belle nouveauté d’une oeuvre attachante.

Écoutez l'oratorio Maddalena ai Piedi di Cristo, interprété par Le Banquet Céleste

Antonio Caldara

★★★★
Classique

Maddalena ai Piedi di Cristo, Le banquet céleste, Damien Guillon, Alpha 2 CD 426