Z-Sides, Tom Rosenthal

Tom Rosenthal est relativement peu connu de ce côté-ci de l’océan. Il faut dire que le Britannique — qui fait aussi de la composition publicitaire et de la musique de films — préfère les petites étiquettes et compte surtout sur les réseaux sociaux pour se faire connaître. Pour ce Z-Sides, Rosenthal a cherché musicalement le relâchement qui mène au sommeil, ce qui veut dire : des morceaux au rythme très lent, une voix chaude au premier plan, des choeurs façon berceuse. À côté, son album Fenn (2017) était… endiablé. Certes, son psycho-folk où guitare, bruits de nature et piano sourd (jolie Lights Are On) forment une onde en variations régulières est encore une fois parfaitement (et prévisiblement) harmonieux, comme si on écoutait d’un bout à l’autre la même chose. Sentiment persistant de convenu et d’histoires gentiment dociles, entre Roo Panes et Novo Amor. Mais on ne peut pas reprocher à Tom Rosenthal d’atteindre son but : générer une certaine mise en veilleuse du monde, chose dont nous avons certainement besoin.
 

Z-Sides

★★★
Indie folk

Tom Rosenthal, Tinpot Records