Petikat, Matiu

Ce ton traînant. Les notes raclent le fond. On dirait Bernard Adamus fatigué, lessivé. Ce propos plombé, chanson après chanson, de plus en plus pesant. Soundcheck : « J’sais pas où j’m’en vas dans vie. » Mon chum : « Pus capable de marcher droit tellement j’suis magané / Pis en entrant à job / Mon boss m’a renvoyé. » Madame : « J’ai pas besoin de me pointer au chômage / J’ai même pas assez d’heures. » Et ainsi de suite. Jusqu’à l’usure, et au-delà. Jusqu’à la démission, jusqu’à l’érosion de toute consolation : on croirait que Matiu, malgré ses quelques sursauts d’énergie et bouffées d’espoir (Mon enfant, Tranquillement), fait exprès pour décourager l’écoute. Il n’attise pas la colère, ne cherche pas à plaire, n’attire pas la compassion, n’a rien à fichtre foutre d’arrangements autres que du country-rock générique. De sorte qu’à la fin, on mesure, comme on n’avait peut-être jamais mesuré auparavant : oui, « c’est dur sur la réserve ». À Mani-Utenam comme ailleurs. Constat. Ça commence là.
 

Madame - Matiu

Petikat

★★★
Chanson country-folk

Matiu, 117 Records