Sables, De. Ville

Un violon oriental plaintif, accompagné d’un sourd groove funk, ouvre le premier mini-album de De.Ville, petit trésor caché de l’underground montréalais qui sera de la Vitrine Ghost Club Records X Multiply MTL vendredi soir au Belmont, dans le cadre de M pour Montréal. Fruit du travail du compositeur et producteur Simon Pierre et du chanteur Ziad Qoulaii, ces sept chansons aux accents new-wave, néo-R&B, trap et funk mettent en valeur la voix agile de Qoulaii, qui s’exprime en arabe, avec un peu de français et d’anglais. C’est le mariage entre la musique traditionnelle marocaine (on reconnaît l’âme du chant soufi dans les envolées vocales) et des tendances groove occidentales, moins en contraste ici qu’en troublante fusion, agrémentées de la trompette jazz de Jonathan Churampi, du plus bel effet sur The Love We Lost, l’une des compositions les plus abouties de Sables. Sur Mon amour, De.Ville dévie dans un disco-funk qu’aurait pu chanter Boule Noire, alors que la douce Human dans l’électro-pop mélancolique. Prometteuse proposition !
 

Sables

★★★ 1/2
Pop arabe

De.Ville, Indépendant