Wolfgang Amadeus Mozart. Symphonies nos 40 et 41. Orchestre symphonique de la Radio bavaroise

À l’approche des Fêtes, il est intéressant d’avoir des suggestions dans de grandes œuvres du répertoire. Comme avec les symphonies de Beethoven chez Accentus, les ultimes symphonies de Mozart par le Suédois nonagénaire Herbert Blomstedt sont une cure de jouvence. Blomstedt est ici face au trésor caché du monde musical, l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise — celui qui est aussi formidable que le Philharmonique de Berlin. Il y dirigeait en 2013 la 40e Symphonie et en 2017, la « Jupiter », et nos oreilles n’en reviennent toujours pas. Quelle présence et quelle énergie ! Blomstedt n’a rien à envier aux baroqueux tout en disposant d’un orchestre symphonique de grand luxe. L’accentuation est ferme, mais jamais dure, et les contrechants illuminent une polyphonie d’une clarté suprême. Blomstedt n’a rien à prouver et ne se bat ni pour convaincre ni pour démontrer. Son âge vénérable lui assure adhésion et respect des musiciens. Et quand ils sont de ce niveau, l’évidence de la musique éclate au grand jour.

Écoutez la 41e Symphonie de Mozart dirigée par Herbert Blonstedt

Wolfgang Amadeus Mozart

★★★★
Classique

Symphonies nos 40 et 41, Orchestre symphonique de la Radio bavaroise, Herbert Blomstedt, BR Klassik 900 164