boygenius, boygenius

Ce sont certainement les trois jeunes femmes les plus en vue du rock américain : Julien Baker, Phoebe Bridgers et Lucy Dacus. Chacune a la jeune vingtaine, une voix à faire tomber les feuilles qu’il reste aux arbres et une manière particulièrement crue de se raconter — et leur nouveau « womenband » est à cette image. Ce qui devait être un simple enregistrement promotionnel pour une tournée en trio est en effet devenu boygenius, nom tout à fait ironique sachant que ce groupe est l’expression même d’un génie féminin affranchi et lâché en harmonies. Voilà : elles se sont trouvées. Enregistré en quatre jours dans une certaine urgence, boygenius est l’équilibre entre la voix individuelle des musiciennes et leur voix nouvelle, collective. Les choeurs sont à frémir, les lignes souvent denses et agressives (féroce Salt in the Wound), avec des recueillements folk évocateurs d’une vie au galop (poignante Ketchum, ID). Quand leurs trois voix entonnent « I can’t love you like you want me to » sur Bite the Hand, on pense : voilà la naissance d’une puissante sororité.
 

boygenius

★★★★
Indie rock

boygenius, Matador