André Mathieu, Jean-Philippe Sylvestre, Orchestre Métropolitain, Alain Trudel

Autour du 50e anniversaire de la mort d’André Mathieu, Jean-Philippe Sylvestre a joué en juin dernier le Concerto de Québec, de la musique de chambre et ce Concerto en mi mineur, oeuvre de 1946-1947 retrouvée par Alain Lefèvre, reconstituée et orchestrée en 2006 par Gilles Bellemare, qui connaissait le sujet puisque le 2e mouvement est le substrat de la Rhapsodie romantique sur laquelle il avait déjà travaillé. Face à Alain Lefèvre qui grandit Mathieu et le tire vers Rachmaninov, on sait, depuis le Concerto de Québec, que Sylvestre privilégie une approche beaucoup plus spontanée. Le mouvement central qui s’étend sur 15 minutes 40 avec Lefèvre en prend ici 12 minutes 24, le concerto passant, sans coupures, de 41 à 34 minutes. La différence est aussi au niveau du son pianistique, creusé et profond chez le pensif Lefèvre, plus vertical chez l’émerveillé Sylvestre, qui empoigne avec la même énergie la Rhapsodie de Rachmaninov. Le piano tient mieux que dans le CD du Concerto de Québec, l’orchestre est admirable de discipline et le son est correct, sans plus.
 

Jean Philippe Sylvestre joue la 5e Variation de la Rhapsodie de Rachmaninov

André Mathieu

★★★
Classique

Concerto no 4 de Rachmaninov : Rhapsodie sur un thème de Paganini. Jean-Philippe Sylvestre, Orchestre Métropolitain, Alain Trudel. Atma ACD2 2768.