Tuer la bête jusqu’à dimanche, Pierre Guitard

Chanteur acadien. Gagnant à Granby en 2017. Ce sont les cartes de visite de Pierre Guitard, auxquelles on broche le minialbum de 2016. Ça contribue à extraire ce premier véritable album de la pile des nouveautés, même si le titre eut suffi : Tuer la bête jusqu’à dimanche. Ça annonce la couleur : encore un gars qui ne va pas trop bien, et qui le dit dans ses chansons. La musique dit un peu le contraire, hélas. Les refrains faciles ont pour effet d’alléger le mal-être, ce qui est une erreur du lanceur, comme on dit au baseball : ça finit par banaliser l’intention, pourtant manifeste dans Les matins (me crient par la tête) : « Le soleil goûte la méthadone / Il camoufle les problèmes de tout le monde et personne. » Ce disque se laisser écouter, pas désagréablement au demeurant, alors que ça devrait nous saisir par la jugulaire, nous rentrer les mots de force dans la gorge. La faute aux mélodies sans arêtes ? À la réalisation qui nivelle ? Un peu tout ça. Dommage.
 

Pierre Guitard - Les matins (me crient par la tête)

Tuer la bête jusqu’à dimanche

★★★
Chanson rock

Pierre Guitard, Rosemarie Records