Let Me Out, Mark Sultan

Est-ce que Mark Sultan, alias BBQ, homme-orchestre du blues-rock garage s’il en est et partie prenante du King Khan BBQ Show, Les Sexareenos, The Almighty Defenders et al., avait prévu le coup en faisant paraître son nouveau solo, Let Me Out, qu’on croirait digne de porter les images d’un film d’horreur psychotronique hommage aux fifties — on dit ça de manière positive — aux abords de l’Halloween ? Les chansons s’intitulent Coffin Nails, Black Magic, Tragedy, c’est bien pour dire. Le clavier hypnotique omniprésent à saveur B-52’s sert à merveille cette mission kitsch. Fort excitant pour l’amoureux de Burger Records et consorts. Gardons-nous bien de verser dans l’âgisme, mais peut-on profiter de cette humble tribune pour lancer un débat sur une possible corrélation entre le vieillissement des rockers et la dose déclinante de saine distorsion dans leurs pièces ? Voir l’annexe 1, Let Me Out, au son propre, propre, propre. Un petit concert à la maison (Montréal) serait le bienvenu, en tout cas !

Let Me Out

★★★
Garage surf-rock

Mark Sultan, Dirty Water Records