Le troupeau de Brach et la troupe de Lapointe sonnent la charge

Philippe Brach et Pierre Lapointe ont chacun remporté trois Félix, mercredi, au premier gala et au «gala de l’industrie» de l’ADISQ.
Photo: Francis Vachon Le Devoir / Pedro Ruiz Le Devoir Philippe Brach et Pierre Lapointe ont chacun remporté trois Félix, mercredi, au premier gala et au «gala de l’industrie» de l’ADISQ.

Philippe Brach, Philippe Brach, Philippe Brach. Félix, Félix et Félix. Album de l’année alternatif : Le silence des troupeaux. Arrangeur de l’année : La Controverse pour Le silence des troupeaux. Pochette d’album de l’année : Puppy Ciao !, Bruno Gatien, Marc-Étienne Mongrain pour Le silence des troupeaux.

Pierre Lapointe, Pierre Lapointe, Pierre Lapointe. Trois Félix itou, liés à l’album La science du coeur et au spectacle assorti : celui de la conception d’éclairage et des projections (Pierre avec Alexis Laurence et Alexandre Péloquin), celui de la prise de son et du mixage (Ghyslain-Luc Lavigne et Pascal Shefteshy), celui du sonorisateur de l’année (Marc-André Duncan).

Toute cette nomenclature pour dire qu’après le « gala de l’industrie » et « le premier gala » qui étaient présentés mercredi en amont de la grand-messe de dimanche, on n’est pas beaucoup plus avancés qu’au dévoilement des nominations : Philippe et Pierre se talonnent autant qu’ils se talonnaient. Chacun a inscrit son nom sur l’un des trophées. Les collaborateurs de l’un et l’autre sont encensés. Les paris, comme on dit, restent ouverts.

 
Revoyez notre vidéo avec Patrice Michaud interprétant La saison des pluies​


Mais attention ! Que le Darlène du phénoménal Hubert Lenoir ait été bombardé album de l’année par la critique pourrait annoncer une percée. Fille de personne II chanson de l’année ? On verra dimanche. Quatre statuettes, dans des catégories artistiques (à distinguer des catégories industrielles), sont encore à la portée de l’étoile glam de Beauport. On notera cependant que le Félix décerné au clip de La saison des pluies est aussi un indicateur fort : il ne faut pas négliger la chanson de Patrice Michaud dans la course pour la grande palme d’honneur du métier.

Des prix pour les pressentis

Autrement, les disques célébrés mercredi sont presque partout ceux que l’on attendait, non sans mérite, puisque leurs créateurs se démarquaient déjà très clairement dans leur catégorie : le Three Rivers de Jordan Officer en jazz, le Super Lynx Deluxe de Galaxie en rock, le Depuis longtemps de Yoan en country, le Désherbage de Tire le coyote en folk, l’hommage à Richard Desjardins parmi les réinterprétations, le MAKANDA at the End of Space, the Beginning of Time de Pierre Kwenders en musiques du monde, le Consolez-vous du groupe De Temps Antan chez les trad, l’Ubiquité de Martin Lizotte en musique instrumentale, le Portrait : Max Richter d’Angèle Dubeau et La Pietà en classique, et ainsi de suite.

Le Félix attribué à Mario Pelchat et Les prêtres pour leur Agnus Dei n’est pas moins justifié parce qu’affaire de chiffres : meilleures ventes, ce n’est pas rien.

Je ferais deux exceptions. Il y a quelque chose d’un peu trop automatique dans la victoire d’Arcade Fire pour leur Everything Now : l’album est certainement leur plus faible, et parmi les productions anglophones, l’heure était bien plus au Deception Bay de Milk Bone. Que dire de Loud, proclamé en tant qu’« artiste québécois s’étant le plus illustré hors Québec » ? Il faut croire que le vote aura été divisé entre Klô Pelgag et Coeur de pirate : les deux auteures-compositrices-interprètes ont brillé dans toute l’Europe francophone. Klô est en nomination pour le Félix de l’artiste féminine de l’année : on la retrouvera dimanche au grand gala, qui sera aussi, faut-il rappeler, le quarantième de l’association.

Liste complète des gagnants

Le premier gala de l'ADISQ
Album de l’année – Alternatif
 
Le silence des troupeaux, Philippe Brach
Album de l’année – Anglophone
 
Everything Now, Arcade Fire
Album de l’année – Choix de la critique
 
Darlène, Hubert Lenoir
Album de l’année – Classique Orchestre et grand ensemble
 
Portrait: Max Richter, Angèle Dubeau & La Pietà
Album de l’année – Classique Soliste et petit ensemble
 
Beethoven, Strauss, Les solistes de l’OSM
Album de l’année – Country
 
Depuis longtemps, Yoan
Album de l’année – Folk
 
Désherbage, Tire le coyote
Album de l’année – Instrumental
 
Ubiquité, Martin Lizotte
Album de l’année – Jazz
 
Three Rivers, Jordan Officer
Album de l’année – Meilleur vendeur
 
Agnus Dei, Mario Pelchat, Les Prêtres
Album de l’année – Musiques du monde
 
Makanda at the end of space, the beginning of time, Pierre Kwenders
Album de l’année – Réinterprétation
 
Desjardins, Artistes variés
Album de l’année – Rock
 
Super Lynx Deluxe, Galaxie
Album de l’année – Traditionnel
 
Consolez-vous, De Temps Antan
Album ou DVD de l’année – Humour
 
Best Ove, François Pérusse
Album ou DVD de l’année – Jeunesse
 
À la découverte des Rocheuses, Arthur L’aventurier
Artiste québécois de l’année s’étant le plus illustré hors Québec
 
Loud
Spectacle de l’année – Anglophone
 
Queens of The Breakers,  The Barr Brothers
Spectacle de l’année – Humour
 
Le plus fort au monde, François Bellefeuille
Vidéo de l’année
 
La saison des pluies, Patrice Michaud
Gala de l'Industrie
Agence de spectacles de l’année
 
Spectra Musique
Arrangeur de l’année
 
La Controverse pour Le silence des troupeaux, Philippe Brach
Concepteur d’éclairage et projections de l’année
 
Pierre Lapointe, Alexandre Péloquin, Alexis Laurence pour La science du cœur, Pierre Lapointe
Diffuseur de spectacles de l’année
 
Grand Théâtre de Québec
Émission de l’année – Humour
 
Like-moi !
Émission de l’année – Musique
 
En direct de l'univers
Équipe de promotion radio de l’année
 
Torpille Promo Radio
Équipe de promotion Web de l’année
 
Dare To Care Records
Événement de l’année
 
Festival d’été de Québec
Équipe de relations de presse de l’année
 
Bonsound
Maison de disques de l’année
 
Audiogram
Maison de gérance de l’année
 
Bonsound
Mise en scène et scénographie de l’année
 
René Richard Cyr, Jean Bard pour Demain matin, Montréal m’attend, Artistes variés
Pochette d’album de l’année
 
Puppy Ciao!, Bruno Gatien, Marc-Étienne Mongrain pour Le silence des troupeaux, Philippe Brach
Prise de son et mixage de l’année
 
Ghyslain Luc Lavigne, Pascal Shefteshy pour La science du coeur, Pierre Lapointe
Producteur de disques de l’année
 
Audiogram
Producteur de spectacles de l’année
 

Spectra Musique

Réalisateur de disque de l’année

 

Marc Vincent, Alex Guay pour Une année record, Loud

Salle de spectacles de l’année
 
Le Ministère, Montréal
Scripteur de spectacle de l’année
 
François Bellefeuille, Olivier Thivierge, Simon Cohen pour Le plus fort du monde, François Bellefeuille
Sonorisateur de l’année
 
Marc-André Duncan pour La science du cœur, Pierre Lapointe
Album de l’année – Alternatif Le silence des troupeaux, Philippe Brach
Album de l’année – Anglophone Everything Now, Arcade Fire
Album de l’année – Choix de la critique Darlène, Hubert Lenoir
Album de l’année – Classique Orchestre et grand ensemble Portrait: Max Richter, Angèle Dubeau & La Pietà
Album de l’année – Classique Soliste et petit ensemble Beethoven, Strauss, Les solistes de l’OSM
Album de l’année – Country Depuis longtemps, Yoan
Album de l’année – Folk Désherbage, Tire le coyote
Album de l’année – Instrumental Ubiquité, Martin Lizotte
Album de l’année – Jazz Three Rivers, Jordan Officer
Album de l’année – Meilleur vendeur Agnus Dei, Mario Pelchat, Les Prêtres
Album de l’année – Musiques du monde Makanda at the end of space, the beginning of time, Pierre Kwenders
Album de l’année – Réinterprétation Desjardins, Artistes variés
Album de l’année – Rock Super Lynx Deluxe, Galaxie
Album de l’année – Traditionnel Consolez-vous, De Temps Antan
Album ou DVD de l’année – Humour Best Ove, François Pérusse
Album ou DVD de l’année – Jeunesse À la découverte des Rocheuses, Arthur L’aventurier
Artiste québécois de l’année s’étant le plus illustré hors Québec Loud
Spectacle de l’année – Anglophone Queens of The Breakers,  The Barr Brothers
Spectacle de l’année – Humour Le plus fort au monde, François Bellefeuille
Vidéo de l’année La saison des pluies, Patrice Michaud


Gala de l'Industrie
 
Agence de spectacles de l’année Spectra Musique
Arrangeur de l’année La Controverse pour Le silence des troupeaux, Philippe Brach
Concepteur d’éclairage et projections de l’année Pierre Lapointe, Alexandre Péloquin, Alexis Laurence pour La science du cœur, Pierre Lapointe
Diffuseur de spectacles de l’année Grand Théâtre de Québec
Émission de l’année – Humour Like-moi !
Émission de l’année – Musique En direct de l'univers
Équipe de promotion radio de l’année Torpille Promo Radio
Équipe de promotion Web de l’année Dare To Care Records
Événement de l’année Festival d’été de Québec
Équipe de relations de presse de l’année Bonsound
Maison de disques de l’année Audiogram
Maison de gérance de l’année Bonsound
Mise en scène et scénographie de l’année René Richard Cyr, Jean Bard pour Demain matin, Montréal m’attend, Artistes variés
Pochette d’album de l’année Puppy Ciao!, Bruno Gatien, Marc-Étienne Mongrain pour Le silence des troupeaux, Philippe Brach
Prise de son et mixage de l’année Ghyslain Luc Lavigne, Pascal Shefteshy pour La science du coeur, Pierre Lapointe
Producteur de disques de l’année Audiogram
Producteur de spectacles de l’année

Spectra Musique

Réalisateur de disque de l’année

Marc Vincent, Alex Guay pour Une année record, Loud

Salle de spectacles de l’année Le Ministère, Montréal
Scripteur de spectacle de l’année François Bellefeuille, Olivier Thivierge, Simon Cohen pour Le plus fort du monde, François Bellefeuille
Sonorisateur de l’année Marc-André Duncan pour La science du cœur, Pierre Lapointe