Worried Mind, Scott Orr

Il y a une petite étiquette ontarienne, dont on vous parle régulièrement ici, qui travaille bien, bellement et intimement. Worried Mind, le nouvel album de son fondateur Scott Orr, illustre cette qualité qu’ont les potions un peu magiques, celles qui s’imposent dans le clivage qui marque les changements brutaux de saison. Avec son alternance entre une douceur acoustique et l’agitation grinçante des synthétiseurs, le folk du musicien ontarien, très introspectif, devient une chose à deux coeurs. Premier coeur : un ton général parfaitement suave et rassurant, aidé en cela par la voix veloutée de Scott Orr. Deuxième coeur : un rythme régulier, avec souvent un bruit parasite en arrière-plan, sorte de brouillage surtout marqué aux percussions. Voyez la danse : alors que A Memory s’apparente à un lamento R&B, Seasons transporte en corridors aériens et Sometime touche à l’expérimental. Oui, l’ensemble peut faire assez homogène, mais Scott Orr réussit une ambiance, un très fin tissage de genres, une instrumentation lumineuse. C’est déjà honorable.
 

Worried Mind

★★★ 1/2
Indie folk

Scott Orr, Other Songs Music