Grande santé, Bolduc tout croche

Simon Bolduc est-il un obscur cowboy de sous-sols d’église ou un poète fragile du quotidien ? Valsant entre ces deux univers, l’un kitsch et caricatural, l’autre frugal et solitaire, le musicien, qui fait marcher son projet depuis 2011 déjà, est un pont bien campé entre l’americana des grands chemins (Grand travailleur, Mirandela) et la chanson dépouillée des troubadours qui font fendre les coeurs (Une demie pour Lou, Quitter le pays). Si la pochette de l’album laisse croire à un alter ego coureur des plaines, oubliez Ennio Morricone. Avec cette nostalgique pedalsteel, ce banjo presque austère et cet accordéon qui ponctuent Grande santé, Bolduc clame son amour pour les anciens du folk de Greenwich Village. Son intégrité d’interprétation — des airs d’Avec pas d’casque ? — et sa façon de parler de beaux losers et de tous ceux et celles qui ne l’ont pas facile agissent comme une bulle douce, qui isole l’auditeur et ses souvenirs. Lancement le 24 octobre au Verre bouteille et à Coup de coeur francophone le 1er novembre.
 

Grande santé

★★★ 1/2
Country folk

Bolduc tout croche, Indépendant