Boy From My Dream, Field Medic

Field Medic est un jeune fou du folk. Cheveux indisciplinés, guitare et banjo comme des montures infatigables, voix intimiste autant que je-m’en-foutiste, il représente cette liberté du folk comme sait le faire la côte ouest américaine — façon beatnik, quelques décennies plus tard. Ce Boy From My Dream n’a peut-être que quatre pièces, mais il a autant de gueule que Songs From the Sunroom, son premier album, paru il y a un an. Kevin Sullivan (son nom véritable) sait écrire les poids et les intérieurs de son âge en peu de mots, dans une poésie qui rebrasse le décousu d’une jeunesse en légère perdition. Ici, les pièces sont exclusivement acoustiques, tranquilles, toujours fidèles à l’effet brouillon de sa musique. Alors que Dock of the Harbor réfléchit à l’errance, la pièce-titre révèle une certaine nostalgie, ou douleur peut-être, de constater la mort de ce « jeune garçon de son rêve » — lui-même, dans une autre vie. Voilà un folk d’extrémités, celui qui vous trouve dans un coin noir pour rallumer ce petit quelque chose qui s’était éteint.
 

Boy From My Dream

★★★ 1/2
Freak folk

Field Medic, Run For Cover