Ludwig van Beethoven, Symphonie n° 3 «Héroïque». Strauss: Concerto pour cor n° 1. Orchestre symphonique de Pittsburgh, Manfred Honeck.

Les vétérans Blomstedt et Haitink étant mis « hors concours », Manfred Honeck est-il le plus grand chef de l’heure ? Il est en tout cas celui dont les disques, dans le grand répertoire, sont les plus excitants et les plus passionnants. Si un facétieux ou un Machiavel avait publié cette Héroïque en prétendant qu’il s’agissait de la redécouverte miraculeuse d’un concert perdu du défunt Carlos Kleiber, que n’aurait-on lu et entendu sur la preuve irréfutable du génie et de la suprématie absolue de ce chef ! Honeck réconcilie bombe énergétique et orchestre symphonique. Cette dose d’explosivité nous l’avions entendue, mais avec des formations plus petites (Paavo Järvi, Deutsche Kammerphilharmonie). Moins brutal que Järvi, Honeck renoue avec une tradition sonore « européenne » riche (cordes, cors), dans une approche rugueuse cherchant les frottements harmoniques. Dans l’histoire, Scherchen, Matacic, Szell, Gielen et Dohnanyi sont les grands devanciers de cette version, plus opulente sur le plan sonore. Un CD et SACD renversant.

 

Manfred Hineck dirige la Marche funèbre de la Symphonie héroïque de Beethoven

Ludwig van Beethoven

★★★★★
classique

Symphonie n° 3 « Héroïque », Strauss : Concerto pour cor n° 1, Orchestre symphonique de Pittsburgh, Manfred Honeck, Reference Recordings FR 728 SACD