Kim André Arnesen, «Infinity»: oeuvres chorales

Vous cherchez la recette du cocktail Arnesen ? Prenez trois tasses de Morten Lauridsen, deux tasses d’Ola Gjeilo, une tasse d’Eric Whitacre. Mettez le tout dans un grand mélangeur et laissez agir. Si la sauce ne prend pas, rajoutez une autre lichette de Lauridsen… Ma description du CD consacré au Norvégien Kim André Arnesen, né en 1980, a l’air un peu narquoise, mais c’est pour vous le situer stylistiquement et, quelle que soit la prégnance des sources et inspirations, sachez que cela marche formidablement bien. On a bien du mal à croire qu’il ne s’agit pas d’un nouveau CD Lauridsen, mais cette confusion montre bien qu’Arnesen a saisi tous les rouages de cette nouvelle musique chorale mélodique et planante, consonante et facile à chanter pour peu que l’on dispose de sopranos aux voix jeunes et blanches. De ces compositions de 2011 à 2016 a cappella ou avec piano, 7 sur 12 sont enregistrées en première mondiale. Dans le genre du choral contemporain « easy listening », l’habile Arnesen va être un nom à suivre.

Écoutez O sacrum convivum

Kim André Arnesen

★★★ 1/2
Classique

« Infinity » : oeuvres chorales, Kantorei, Joel Rinsema, Naxos 8.573 788