Acid Bath from the Jaded Jungle, Fountain

Fountain est un groupe mystérieux. Récemment débarqué sur nos scènes locales, transitant depuis ailleurs au Canada (mystère, on a dit), ce quatuor de jeunes gens explore un punk naïf savamment déconstruit. Cet Acid Bath from the Jadad Jungle a quelque chose de Freak Heat Waves — pour l’énergie —, de Ty Segal — pour le débit —, d’Iggy Pop — pour le chant —, de White Fence — pour la guitare —, avec certaines inclinaisons qui ne sont pas sans rappeler les mondes oniriques de Cate Le Bon. C’est du post-punk difficilement classable, mais qu’est-ce qu’on s’en fiche quand les musiciens semblent autant s’amuser. Surprise, il s’agit même d’un troisième album pour le groupe, qui n’a pas encore signé avec une maison de disques, mais ça ne saurait tarder. Si les productions précédentes avaient quelque chose de plus classique (« post-punkement » parlant), ils (et elle) ont trouvé le ton déluré de maturation. On en parle une semaine trop tard — mea culpa —, car le 4 août était le spectacle de lancement. Pas d’autres spectacles à l’horizon.
 

Acid Bath from the Jaded Jungle

★★★
Post-punk

Fountain, Indépendant