Book of Life, Masayoshi Fujita

S’il y a un maître du vibraphone, il s’appelle Masayoshi Fujita. Book of Life, dernier chapitre de la trilogie consacrée par le compositeur japonais à cet instrument jusqu’ici habitué aux seconds rôles, s’entend comme un rendez-vous catégorique : celui d’un homme avec un son, ce son souple et méditatif qu’il sait magnifiquement fouiller, nuancer, calibrer. Immédiatement, Book of Life amène à nous une nature imprévisible : des vents neigeux, des silences moites de forêt pluviale, des chants nuageux traversés d’éclairs argentins. C’est la transposition de toute une vie souterraine, humaine ou non, suite irrépressible d’états de grâce, d’agitation, de doute et d’inquiétude. Ici encore, le vibraphone n’est pas toujours seul : un violoncelle ou une flûte viennent parfois en complexifier les mélodies (It’s Magical) ou en casser les réverbérations longues, pareilles à une irradiation brûlante. Vivons Book of Life comme un brillant suspense : Masayoshi Fujita ne dit pas tout, il continue d’étudier ce que nous sommes.
 

Book of Life

★★★★
Ambient

Masayoshi Fujita, Erased Tapes