Encores 1, Nils Frahm

Au début de juin, Encores 1 levait le voile sur un doux secret : l’immense All Melody, paru en janvier, n’était que l’entrée d’une caverne profonde où repose encore une épaisse couche de matériel inédit. Lire : Nils Frahm n’a pas fini de déterrer tout ce que le Funkhaus, où loge son nouveau studio, lui a inspiré. Cet EP de cinq pièces est donc le premier d’une série vue par Nils Frahm comme une succession d’« îles », petits voyages complémentaires à All Melody. Parfaitement exécuté, apaisant et régulier, Encores 1 retrouve le minimalisme premier du pianiste et compositeur allemand : un piano respirant au mécanisme sonore, des airs en menus rebonds, une trame gracieuse et ouatée où le musicien pose une main suprêmement attentive. Si le piano prédomine, on rencontre aussi, dans une finale mélancolique, l’exhalaison triste d’un harmonium — qui suinte lentement son spleen en 11 minutes de solo sur Harmonium in the Well. En attendant le retour du musicien à Montréal (en avril 2019), faisons une confidence : vivement la suite de ce mystérieux déballage.
 

Encores 1

★★★★
Néoclassique

Nils Frahm, Erased Tapes