K.O., Miss Red

Voilà un beau spécimen pour alimenter le débat sur l’appropriation culturelle : une chanteuse et rappeuse israélo-marocaine — Sharon Stern, alias Miss Red — faisant équipe avec le compositeur-producteur britannique Kevin Martin (The Bug, King Midas Sound) sur son premier album dancehall, édité par une étiquette allemande. Elle ne chante cependant pas en patois, mais emprunte l’accent jamaïcain, alors que Martin, qui traîne un lourd passé dub, dubstep et techno-industriel depuis 25 ans, remanie les motifs rythmiques du dancehall pour le tasser dans le champ gauche, dense et bruyant. Antidote au tropical house avec ses ambiances lugubres et ses basses poisseuses, le dancehall expérimental du duo vise quand même le plancher de danse grâce à des titres tendus et très rythmés (Shock Out, Money Machine, Dagga) contrebalançant les grooves engourdissants des morceaux plus dub et lents, telles les planantes One Shot Killer et Memorial Day en fin de disque (rappelant Massive Attack, époque Mezzanine).

Écoutez Dagga

K.O.

★★★ 1/2
Dancehall

Miss Red, Pressure