Eugene Zador, Orchestre symphonique de Budapest

Ce n’est pas la première fois que nous vous parlons d’Eugene Zador (1894-1977), formé par Max Reger à Vienne, folkloriste de la musique hongroise. Toutes les œuvres de ce CD, datant de 1960 à 1970, sont du para-Kodály romantisant, coloré et sans date, qui pourrait avoir été composé en 1920. La force d’Eugene Zador, c’est son talent mélodique, mis à profit à Hollywood, où il œuvrait après la Seconde Guerre. L’élégie Les plaines de la Hongrie (on se croirait dans un film de Hitchcock) montre bien cette rencontre entre Californie et Europe centrale. Ce 5e volume Naxos, aussi attachant que les précédents, comporte deux apports précieux au répertoire : une Rhapsodie pour cymbalum et une Fantaisie de 11 minutes pour contrebasse et orchestre, genre qui connaît peu de réussites aussi marquées. La partition la plus importante (22 minutes) : Variations sur un thème joyeux (1964). Il n’y a pas de quoi se relever la nuit, mais pour ceux qui s’intéressent aux « petits maîtres » hongrois, Zador est un pendant intéressant de Rozsa et Weiner.

 

Mariusz Smolij dirige Plaines de Hongrie d'Eugene Zador

Eugene Zador

★★★ 1/2
Classique

Les plaines de Hongrie, Fantasia Hungarica, Rhapsodie pour cymbalum et orchestre, etc., Orchestre symphonique de Budapest, Mariusz Smolij, Naxos 8.573 800