Scorpion, Drake

Drake a érigé son empire en marchant sur la fine ligne entre rap et pop-R&B avec des chansons rapées (ou des raps chantés) entêtantes. Sur l’album double Scorpion, il a tranché : un premier disque rap, un second R&B, et on a un peu l’impression d’y perdre au change, comme si c’était justement ce mélange des genres qui le rendait singulier. Le travail des as producteurs Noah Shebib, No I.D., Boi-1da, DJ Premier (superbe Sandra’s Rose) et compagnie vole la vedette à ses mélodies, généralement moins efficaces, et à ses textes, tantôt puérils, tantôt sincères et personnels — à cet égard, il s’est senti obligé de répliquer à la charge verbale du rapeur Pusha-T qui, dans sa récente chanson The Story of Adidon, l’a accusé d’être un père absent, ce qu’il reconnaît sur la chanson Emotionless, une des meilleures de l’album… En 25 chansons, on passe du banal (ou du carrément mauvais, comme I’m Upset) à l’accrocheur, comme Nice for What, Nonstop et la ravissante et mélancolique Don’t Matter to Me, qui récupère un refrain inédit de Michael Jackson.

Écoutez Nice For What

Scorpion

★★★
Hip-hop

Drake, Universal