La crème des jeunes musiciens canadiens à Montréal

Âgé de 15 ans, Raymond Huang, qui jouera le 9 juillet le premier mouvement du 1er Concerto pour piano de Chopin, est un étudiant de l’Académie Taylor du Conservatoire royal de musique de Toronto.
Photo: Concours de musique du Canada Âgé de 15 ans, Raymond Huang, qui jouera le 9 juillet le premier mouvement du 1er Concerto pour piano de Chopin, est un étudiant de l’Académie Taylor du Conservatoire royal de musique de Toronto.

Le Concours de musique du Canada-Canimex, qui organise l’édition de son 60e anniversaire à Montréal, entre dans sa phase finale avec son volet « élite », le Tremplin, qui préludera à un Gala des lauréats, le 9 juillet à la Maison symphonique, avec l’Orchestre Métropolitain sous la direction de Nicolas Ellis.

Près de 300 jeunes musiciens âgés de 7 à 30 ans se retrouvent à Montréal depuis le 13 juin dans le cadre de la finale nationale du Concours de musique du Canada-Canimex (CMC). Bruno Laplante, dont Le Devoir dressait le portrait ici il y a une semaine, faisait partie du jury qui a couronné, avec une note de 97 %, dans la catégorie des 15-18 ans, le pianiste Raymond Huang. Âgé de 15 ans, Raymond Huang, qui jouera le 9 juillet le premier mouvement du 1er Concerto pour piano de Chopin, est un étudiant de l’Académie Taylor du Conservatoire royal de musique de Toronto.

Dans la catégorie des 19-30 ans, c’est une violoniste lavalloise de 21 ans, Lynette Israilian, qui l’a emporté parmi 49 candidats, avec un score de 96 %. Cette élève du Conservatoire de musique de Montréal interprétera, le 9 juillet, le premier mouvement du Concerto de Tchaïkovski.

Un pays quadrillé

Raymond Huang et Lynette Israilian sont de très bons exemples du travail de fond réalisé par le CMC dans le repérage de jeunes musiciens canadiens. Lynette Israilian avait été finaliste nationale à l’âge de 10 ans, puis de 14 ans, avec des notes de 88 %. Elle ne s’était pas présentée depuis. Marie-Claude Matton, directrice générale du CMC, est impressionnée par le « bond exceptionnel avec la note obtenue de 96 % qui lui a valu le Grand Prix ». La directrice connaît bien Raymond Huang, qui, à 15 ans, a déjà participé cinq fois au CMC, atteignant la finale nationale à trois reprises, dont, déjà, une première place à l’âge de 10 ans, en 2013, avec un score de 95 %.

Photo: Concours de musique du Canada La violoniste lavalloise de 21 ans Lynette Israilian, élève du Conservatoire de musique de Montréal, interprétera, le 9 juillet, le premier mouvement du Concerto de Tchaïkovski.

Le Devoir s’était penché en 2017 sur le fonctionnement de ce concours dont l’idée a pris forme en 1958 à Montréal. Le CMC, organisme de véritable utilité publique, organise un véritable maillage du pays à la recherche de talents musicaux. Depuis 60 ans, il engage des jurés, pédagogues professionnels ou interprètes, qui auditionnent 500 jeunes par année. Les participants de 7 à 25 ans (30 ans pour les chanteurs), qui se répartissent en quatre catégories d’âge, sont incités à concourir par leurs professeurs dans les conservatoires et écoles de musique. « Nous déplaçons un jury de cinq personnes dans 13 villes au Canada entre avril et mai. C’est la 1re étape du concours. Chaque juge est indépendant, rédige des commentaires et attribue une note. Si la moyenne des notes est supérieure à 87/100, le musicien se qualifie pour la finale nationale », nous avait dit Marie-Claude Matton en 2017.

C’est cette phase qui s’est tenue à Montréal. « Le nombre de participants au Concours est en hausse de 17 % cette année avec un taux de passage de 76 % à la finale nationale, comparativement à 72 % en 2017 », indique la directrice du CMC, qui distribuera cette année plus de 100 000 dollars de prix et bourses. 300 finalistes se sont ainsi retrouvés à Montréal, contre 242 en 2017. Le fait que la finale se tienne à Montréal a stimulé les candidatures québécoises, en hausse de 45 %.

Cette augmentation en volume s’est accompagnée d’une élévation de niveau. Pour les catégories 15-18 et 19-30 ans, selon les chiffres communiqués par le CMC, « la moyenne générale des résultats pour ces catégories est passée de 90 % à 92 %, avec des hausses spectaculaires dans les disciplines de cordes (de 89 % à 93 %) et de musique de chambre (de 92 % à 95 %) ».

Montréal, grande absente de la fête

La phase ultime du CMC est le Tremplin, dont les épreuves finales se tiennent cette semaine à la chapelle historique du Bon-Pasteur. Le volet Tremplin est calqué sur le modèle des compétitions internationales, à l’exception près qu’il est ouvert à huit catégories d’instruments simultanément. Le répertoire requis lors de la présélection est plus ardu, et celle-ci se fait devant divers jurys à la largeur du pays.

La finale montréalaise (l’édition 2019 se tiendra à Calgary) rassemble 25 participants de 16 à 30 ans. Il restera samedi soir 12 demi-finalistes, qui se mesureront mardi et mercredi, puis 6 finalistes pour l’ultime épreuve de vendredi. Le lauréat remportera le « prix Huguette-Dubois du Groupe Canimex ». Mme Dubois, récemment décédée, fut une grande amie et mécène du Concours bien connue du milieu musical.

Le jury 2018 est composé de cinq membres multidisciplinaires : l’agente d’artistes Alison Pybus (Dean Artists Managment), la flûtiste Anna Urrey (New York Philharmonic Teaching Artist), la soprano allemande Sarah Wegener, la pianiste montréalaise Louise Bessette et le violoniste Andrew Dawes, membre fondateur du Quatuor Orford.

Marie Claude Matton regrette amèrement une grande absente de cette édition festive, la Ville de Montréal : « Dommage, alors que nous célébrons nos 60 ans à Montréal et accueillons à Montréal 300 participants de partout au Canada, que la Ville soit absente de la fête. » La directrice reconnaît « l’appui du Conseil des arts de Montréal ». « Une chance que l’organisme est là. Mais la Ville ne l’est pas. »

Cela, les motifs de satisfaction de ce 60e anniversaire l’emportent largement : « L’anniversaire a apporté l’occasion de travailler avec 22 ambassadeurs, des musiciens aguerris, dans plusieurs villes à travers le Canada et de renforcer nos partenariats artistiques. Nous avons pu saisir l’occasion pour augmenter notre rayonnement et notre enracinement. »

Le nectar de tout ce travail sera accessible à tous les mélomanes le 9 juillet au soir à la Maison symphonique de Montréal, où Nicolas Ellis dirigera le Métropolitain, les lauréats des finales nationales, le lauréat du Tremplin et une figure emblématique du CMC, le violoniste Kerson Leong, qui, cinq années de suite, fut crédité de la meilleure note parmi tous les candidats. Lauréat du Tremplin 2014, il jouera le Concerto pour violon de Samuel Barber.

Concerts de la semaine

Concerts Lachine. À la suite de l’annulation, ce samedi, à l’église Saints-Anges, de la soirée Rossini animée par l’Orchestre de la Francophonie sous la direction de Jean-Philippe Tremblay, entouré de membres actuels et anciens de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, le festival de musique de Lachine, qui propose des concerts gratuits d’excellente qualité, programmés par Richard Turp, se tiendra jusqu’au 15 juillet et s’ouvrira donc lundi à L’Entrepôt avec un récital de Jean-Michel Dubé consacré à André Mathieu et aux compositeurs qui l’ont marqué. À Lachine du 2 au 15 juillet.

Orford musique. La fin de semaine prochaine débutera le festival Orford Musique, avec, vendredi, un concert des Violons du Roy qui joueront sans chef sous la houlette de Pascale Giguère un programme dédié à Antonio Vivaldi. Samedi, à 20 h, le Trio avec piano de Vienne sera de retour pour un programme associant le 2e Trio de Schumann et le Trio Dumky de Dvorák. Pour nos lecteurs en Outaouais, signalons que ce même Trio de Vienne est l’un des invités d’honneur de Music and Beyond, festival de musique de chambre lors duquel il donnera trois concerts différents les 13, 14 et 15 juillet. Les 6 et 7 juillet, Centre d’arts Orford.

Concours de musique du Canada-Canimex

Tremplin, volet élite du Concours : demi-finale les 3 et 4 juillet à partir de 10 h. Finale le 6 juillet à partir de 10 h. Entrée libre. Concert gala le 9 juillet à 19 h à la Maison symphonique de Montréal, avec l’Orchestre Métropolitain dirigé par Nicolas Ellis.