It’s A New Day Tonight, Michael Rault

Parlant du nouvel album de Ray LaMontagne à la chronique disques de l’émission Culture Club à la radio d’État, j’essayais la semaine dernière de définir ce qui rend certaines propositions particulièrement irrésistibles pour les pétris de décennies de pop-rock dans mon genre : quelque chose comme un art chansonnier « entre la familiarité et la réinvention ». Cela s’applique parfaitement à ce Michael Rault, Torontois que je découvre à son troisième album : c’est fou ce qu’il entrelace dans ses airs, ses arrangements, ses mélodies. Cent albums en un. Il y a du Badfinger dans I’ll Be There, du Lennon époque Plastic Ono Band dans la chanson-titre, du Wings et du ELO dans Sleep With Me, et tellement d’autres allusions tout partout, du Raspberries, du Rembrandts, du Bangles, du Merry-Go-Round (échos du vénéré Emitt Rhodes) et même du James Taylor dans la moustache. Et pourtant, pourtant, et c’est là l’exploit, c’est tout le temps du Michael Rault. Juste à temps pour l’été.
 

 

Michael Rault - I’ll Be There

It’s A New Day Tonight

★★★★
Pop-rock

Michael Rault, Sleepless Records