Constant Image, Flasher

Difficile de dire si le post-punk voilé et ténébreux de Flasher est un trip rétro ou une trame très actuelle accompagnant l’anxiété générale de l’époque. Le jeune trio originaire de la capitale états-unienne, remarqué grâce à un premier EP fort bien élaboré en 2016, offre sur ce premier long un savant mélange de pop vitaminé à la sauce A-ha, en moins bonbon, (Pressure, Skim Milk) et un shoegaze enrobé de guitares « fuzzy » rappelant My Bloody Valentine (Go, Harsh Light, Punching Up). Le chant, tâche partagée par le guitariste Taylor Mullitz (anciennement de Priests) et le bassiste Daniel Saperstein, aidés en arrière-plan par la batteuse Emma Baker, se délie comme un enchantement, conférant à la fois force et vulnérabilité au trio qui parle des pièges du travail et du quotidien des minorités sexuelles. C’est à la fois plein de puissance et d’insécurités, empressé et à découvert, tout en nuances. À découvrir sur scène le 12 juin à la Brasserie Beaubien.


Constant Image

★★★ 1/2
Post-punk

Flasher, Domino