Part of the Light, Ray LaMontagne

Il y a des jours où l’on se sent d’attaque, on pourfendrait du dictateur, on mènerait les combats justes. Et il y a des jours où l’on s’évanouirait dans la nature, avec du Pink Floyd dans les oreilles et de la brume partout (pensez Obscured by Clouds). Depuis l’album Ouroboros de 2016, c’est Ray LaMontagne qui fournit ainsi le voyage jusque dans le nulle part de votre choix. Faute de Floyd et de paradis artificiels, il n’y a rien de mieux pour s’extirper de la gangue de plastique de la planète étouffée. Délectation que ces strummings de guitare acoustique qui font avancer le vaisseau dans les nuages, cette voix et ces harmonies qui flottent entre le rêve et les limbes, ces mélodies qui font entrer en transe (et font référence exprès à Elton John première époque, ou aux Bee Gees d’avant le disco). Ce disque, comme les deux précédents du gars, n’est rien de moins que vital : quand le matin bas de plafond menace, on peut encore voler au-dessus pour quelques instants d’éternité.

 

Ray LaMontagne - Let’s Make It Last

Part of the Light

★★★★ 1/2
Psych folk

Ray LaMontagne, RCA/Sony