Symphonies nos 2 et 3, Louise Farrenc, Solistes européens de Luxembourg, Christoph König

Ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés à l’œuvre symphonique de Louise Farrenc (1804-1875) puisque CPO a déjà enregistré, sous la direction de Johannes Goritzki, ces mêmes œuvres — la 2e Symphonie couplée à des ouvertures, la 3e en complément de la 1re. Que ce soit par les disques CPO ou Naxos, cette compositrice mérite vraiment le détour. Épouse d’un flûtiste et compositeur nommé Aristide Farrenc, Louise fréquenta Hummel, Auber, Halevy et reçut les encouragements de Berlioz et de Schumann. La 2e Symphonie date de 1845. La 3e la suit de peu. Comme Théodore Gouvy (1819-1898), Louise Farrenc navigue sur un radeau symphonique germanique, où l’on trouve Mendelssohn, les deux symphonies de Weber, les six premières de Schubert, parfois un peu de Schumann. Certains se plaisent à déceler maints coups de chapeau à Beethoven, mais si vous imaginez Mendelssohn-Weber-Schubert, vous cernez très bien l’univers de Louise Farrenc, dont l’œuvre, qui reste peu importante, mériterait, la prochaine fois, un orchestre de meilleur calibre.

 

Christoph König dirige la 2e Symphonie de Louise Farrenc

Symphonies nos 2 et 3

★★★ 1/2
Classique

Louise Farrenc, Solistes européens de Luxembourg, Christoph König, Naxos, 8.573706