Liberty, Lindi Ortega

Ça démarre western-spaghetti, par la pièce instrumentale Through the Dust. Entendez là une sorte d’avertissement : attention, fiction ! Lindi le dit à qui veut l’entendre, Liberty se veut un album concept, qui met en scène un personnage, lequel va de déveine en dépit jusqu’au désespoir, et qui renaît, enfin libre. Petit cinéma de chansons ponctué par le thème morriconien. Ce que l’on comprend surtout, c’est qu’elle va mieux, Lindi Ortega : elle a pris mari et pays en 2017, ce qui lui permet de raconter aujourd’hui sa propre histoire avec du recul et du bonheur à la clé. Véritable traversée du désert de la mort, on passe d’Afraid of the Dark à Darkness Be Gone, et l’oppressante You Ain’t Foolin’ Me mène à Lovers in Love. Au paradis de la guitare twangy, on a le droit de s’aimer. On peut même chanter merci la vie (Gracias a la vida). Et Lindi Ortega, la Canadienne errante, après 17 ans de tribulations et de déceptions, sert désormais ses chansons tristes… avec le sourire.

Écoutez The Comeback Kid

Liberty

★★★★
Americana

Lindi Ortega, Shadowbox Music