Benzin, Opéra de Reznicek, Philharmonie Robert-Schumann

Quel compositeur intéressant, cet Emil Nikolaus von Reznicek (1860-1945) ! Voici Benzin, opéra composé en 1929 mais créé uniquement en 2010, à Chemnitz. Le sujet est un décalque de l’Odyssée d’Homère à la sauce des années 1920. Un riche américain parie de faire le tour du monde en dirigeable mais tombe en panne d’essence (Benzin) au-dessus d’une île volcanique inconnue, dirigée par une femme qui, par hypnose, transforme les hommes en animaux. Elle ne parvient pas à ses fins sur l’explorateur et pour se venger (avant d’en tomber amoureuse) le prive d’essence, qui abonde pourtant sur l’île. L’intérêt de Benzin est double. Historique, puisque nous sommes au tournant des années 1930 avec l’introduction d’idiomes américains (voir Jonny spielt auf de Krenek) dans la musique allemande. Dans la connaissance de Reznicek, dont nous retrouvons la plus belle veine parodique et ironique. Le couple est dépeint par une musique wagnérienne, les sous-fifres par de l’opérette, sans compter un kaléidoscope de clins d’oeil à l’opéra en général.

Regardez un extrait de Benzin

Benzin

★★★ 1/2
Classique

Opéra de Reznicek. Philharmonie Robert-Schumann. CPO 2 CD 777 653-2.