Demi-finales des 22es Francouvertes, soir 3: en route pour le Club Soda

Le trio hip-hop LaF était attendu de pied ferme sur la scène du Lion d’or.
Photo: Jean-François Leblanc Le trio hip-hop LaF était attendu de pied ferme sur la scène du Lion d’or.

Au terme de la plus explosive des soirées de demi-finales, l’identité des trois concurrents de la grande finale des Francouvertes du 7 mai prochain est coulée dans le béton : le duo punk CRABE, l’auteure-compositrice-interprète rock Lou-Adriane Cassidy et le collectif rap LaF se disputeront donc les honneurs de cette 22e édition du vénérable concours de la relève musicale.

C’était espéré, le Lion d’or avait fait salle comble en cette dernière soirée des demi-finales alors que le public-jury, les membres de l’industrie aux aguets et les participants de cette 22e édition attendaient impatiemment le dévoilement du trio de finalistes. La soirée a débuté avec la brève performance de l’ancien candidat Mon Doux Saigneur (les deux inédites qu’il a offertes étaient vraiment à point !) accompagné de son guitariste, puis par le jeune quatuor rock montréalais Mort Rose, qui avait attiré, rue Ontario, tout un essaim de fans. On comprend mieux pourquoi on se marchait sur les pieds.

Revivalistes du rock à l’anglaise, Mort Rose retrace le chemin du merseybeat des années 1960 jusqu’à la britpop des années 1990, en y ajoutant des touches garage, yé yé et rock queb’ de son cru. Enjoué, l’ensemble compense avec son énergie des compositions très inégales : tantôt capable de nous pousser un refrain pop sucré ou un riff coriace qui s’accroche aux tympans, tantôt débitant des mélodies et des textes qui glissent comme la pluie sur les bottes en caoutchouc qu’heureusement nous n’avions pas eu à porter hier, rare soir de météo clémente. Tiens, une de leurs chansons fut présentée par le chanteur et guitariste Alexandre Archambault comme étant « coécrite par Garou et John Lennon » ; c’était badin, bien entendu, mais après l’avoir entendue, on se dit que ç’aurait pu être plausible, finalement…

Le trio hip-hop LaF était ensuite attendu de pied ferme sur la scène du Lion d’or, lui qui s’était classé bon premier du palmarès de la ronde des préliminaires. De surcroît, sur la scène rap locale, LaF se fait entraîner dans le sillage du récent succès du rappeur FouKi, dont ils sont les acolytes. La même famille, la même « Fourmilière », nom de leur nébuleuse de rappeurs, compositeurs et DJ. Ça promettait.

Promesse grosso modo tenue : mise en scène sobre mais efficace alors que, sur scène, Bkay, Jah Maaz et Mantisse se croyaient au gym, bondissant d’un bout à l’autre de la scène déjà trop petite pour eux. Bkay et Jah Maaz impressionnent par leur prosodie réglée au quart de tour alors que le grand Mantisse et ses longs cheveux volent le spectacle avec ses expressions — il pousse aussi la note sur les titres plus dance-pop et r & b/trap, avec une voix ingrate (ne vous cachons rien) qui confirme que le jeune homme n’a pas été élevé dans les rangs d’un choeur gospel. Du rap bon enfant, en somme, soutenu par des instrumentaux variés et inspirés, dont le principal mérite est de mettre une ambiance de fête en un quart de tour. Ils ont ainsi détrôné CRABE de la première place du palmarès des demi-finales et seront donc considérés comme les aspirants au titre de vainqueurs des Francouvertes 2018.

Enfin, puisque nous ne vous cachons rien, nous aurions vu d’un bon oeil une finale toute rock tant la déflagration qu’a provoquée zouz nous a impressionné. Le trio nage dans les eaux funk rock et punk, tout en trouvant dans les changements de rythme du prog rock un phare pour guider ses compositions. Elles ne sont pas toutes si simples à suivre, c’est dû à des progressions harmoniques parfois audacieuses, mais côté précision d’exécution, zouz demeure l’un des ensembles les plus doués de cette cohorte de participants. Les gars ont bûché fort, la sonorisation leur a rendu justice, un véritable exutoire de rock mordant. On s’en souviendra.

Ils ne sont que trois à accéder à la finale, mais d’autres participants ont pu se réjouir hier alors qu’étaient déjà remis une première série de prix. Laura Babin, éjectée au dernier soir du palmarès préliminaire, sera notamment invitée au Festival de la chanson de Tadoussac et à l’Invasion Folk Saint-Jérôme. Le cadet du concours, Gabriel Bouchard, reçoit une bourse de 1000 $ du Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue et profitera d’une prestation au jeune festival La Noce (à Saint-Prime, son village d’origine !) dans la série Révèle ta relève ainsi qu’un séjour au Centre culturel francophone de Vancouver. Quant à Mort Rose, nous les entendrons cet automne à POP Montréal.

La conclusion de ces 22es Francouvertes se tiendra donc au Club Soda le 7 mai prochain, avec, dans l’ordre du palmarès final, LaF, CRABE et Lou-Adriane Cassidy.

À voir en vidéo