La résurrection des pionniers du métal québécois

Les frères Pierre, Paul et François Tougas sont toujours de la formation D.D.T. qui s’est enrichie de Philippe, fils de Pierre, et de Nicholas Wells.
Photo: Catherine Legault Le Devoir et archives D.D.T. Les frères Pierre, Paul et François Tougas sont toujours de la formation D.D.T. qui s’est enrichie de Philippe, fils de Pierre, et de Nicholas Wells.

Ils ont vieilli, pris un peu de ventre, perdu quelques cheveux. Des années de musique lourde ont irrémédiablement creusé des cernes sous leurs yeux, mais quelque 250 grisonnants métalleux lancent quand même leurs bras dans les airs pendant que Rick Hughes, chanteur de Sword, atteint les notes les plus aiguës d’Evil Spell, défiante déflagration concluant l’album Metalized (1986). « Les gens qui aiment le métal, vous avez le coeur gros de même », lance le pimpant quinquagénaire, la main ouverte, avant d’attaquer un dernier rappel.

Nous sommes en septembre 2017, au Quartier de Lune, un bar du quartier Limoilou à Québec, lors du deuxième concert marquant la résurrection du groupe dont la feuille de route compte des tournées en première partie de Motörhead ou Metallica. Mike Laroque échange de son côté les poing-à-poing avec les fans aux premiers rangs. Sur son visage : un sourire tranchant avec la studieuse baboune qu’il affichait jadis. Le bassiste, seul membre du quatuor à avoir abandonné la carrière rock après sa dissolution au tournant des décennies 1980 et 1990, travaille aujourd’hui dans le monde des véhicules récréotouristiques.

Photo: D.D.T. D.D.T. en spectacle en 1983

Les métalleux ont du coeur, oui, mais aussi le sens de l’histoire et de la mémoire. En plus de Sword, qui renaît enfin à Montréal le 13 avril au Club Soda, deux formations cultes partagent l’affiche, ce soir au National, d’un voyage dans les années 1980.

D’abord Insane, un des rares véritables exemples de hair métal québécois, dont le seul et unique album à la pochette digne d’une fête costumée, Strip Tease (1987), fleure bon l’abus de fixatif.

Entrevue vidéo avec D.D.T.

 

Puis D.D.T., le « premier groupe de heavy métal moderne québécois », selon L’évolution du métal québécois, encyclopédie publiée en 2013 par Félix B. Desfossés. « Je préciserais que c’est le premier groupe avec une intention métal assumée, signale le journaliste. Avant D.D.T., il y avait de la musique métallique, mais ceux qui la créaient n’étaient pas conscients du fait que leur musique s’inscrivait dans une culture, un mouvement. Le groupe Apocalypse disait par exemple faire du power rock, alors que les gars de D.D.T., eux, savaient ce qu’ils faisaient. »

L’obscurité garante d’authenticité

Pantalons de cuir, chaînes, ceintures et bracelets cloutés : les frères Pierre, Paul et François Tougas semblent effectivement savoir ce qu’ils font sur leurs premières photos promotionnelles de D.D.T., n’ayant rien à envier aux looks sadomasochistes de leurs héros, les géants anglais Judas Priest. « Je me souviens de me promener dans la rue et de me faire regarder comme un extraterrestre », lance François, chanteur du quintette fondé à Magog en 1979, aujourd’hui peintre de décors sur des plateaux de cinéma. « C’était ça, le fun, se faire regarder croche », ajoute Pierre en rigolant. « On sortait en gang dans les bars avec sur le dos la même chose qu’on avait sur scène ! »

Photo: Catherine Legault Le Devoir

Les hommes en noir récolteront de nombreux sourcils froncés, non seulement dans la rue, mais aussi auprès d’une industrie ignorant tout du métal. Ils devront eux-mêmes enregistrer et distribuer leur unique album officiel, le microalbum Let the Screw… Turn You On ! (1984), en empruntant 5000 $ à leur père, l’écrivain Gérald Tougas. Dans les clubs de la province, D.D.T. est présenté comme un « orchestre de rock », même s’il joue à un « volume exécrable », aligne sur scène les mannequins décapités et glisse parmi les reprises obligatoires de Led Zeppelin ou d’Aerosmith au moins 40 % de titres originaux très abrasifs. « Personne ici ne savait d’où ça venait, ce qu’on faisait ! Les compagnies de disques cherchaient encore les émules de Beau Dommage et d’Harmonium. »

Comment, alors, expliquer qu’un groupe relativement obscur à son époque soit aujourd’hui le sujet d’un culte ? « Internet ! » lance Félix B. Desfossés. « Le monde du métal, c’est aujourd’hui un monde de geeks qui veulent tout savoir et tout entendre, et Internet permet de partager toutes ces connaissances super rapidement. Il y a aussi une quête d’authenticité derrière ce désir de déterrer les groupes les plus oubliés, parce que, si tu n’as pas vendu d’albums outre mesure, c’est peut-être signe que t’as fait les choses à ta manière. »

L’influence internationale du métal québécois

Bien avant que le Web devienne vastement accessible, la communauté métal s’était imaginé sa propre toile par le truchement du tape trading (l’échange de cassettes), un réseau unissant des milliers de mélomanes troquant par la poste des enregistrements souvent rudimentaires de leur propre groupe. « C’est la raison pour laquelle des Scandinaves ou des Européens connaissent des vieux groupes de métal québécois qui ne sont pourtant pas sortis d’ici. Les réputations se sont construites par ces échanges-là », explique Félix B. Desfossés.

Philippe Tougas, 26 ans, compte parmi les fans qui s’arrachent aujourd’hui ces objets de collection. Le guitariste des formations First Fragment et Chthe’ilist prend d’ailleurs la relève de Denis Côté, membre fondateur de D.D.T., aux côtés de son paternel et de ses oncles. « Les millénariaux ont découvert qu’il y avait quelque chose qui existait avant qu’ils naissent et que ça a influencé ce qu’ils écoutent aujourd’hui », lance Pierre Tougas, 58 ans, question de taquiner son fils ainsi que Nicholas Wells, jeune batteur complétant l’alignement actuel de D.D.T.

L’atomisation du marché de la musique en des centaines de niches profite donc aux pionniers du métal québécois : l’étiquette californienne Nuclear War Now ! a consacré toute une série à la réédition sur vinyle de démos des années 1980, alors que la montréalaise Return to Analog mettait récemment en marché des disques d’Insane et de D.D.T.

Photo: Sword Le groupe Sword

Sword était de son côté invité en septembre au Harder Than Steel Festival, à Dittigheim en Allemagne, et travaille actuellement à un nouvel album, en mettant à jour de vieilles idées de chansons datant de sa première époque, confie le guitariste Mike Plant. Le respecté label new-yorkais Combat Records y apposera son sceau d’approbation.

Fiers de leur progéniture, les pères de notre musique lourde ? « Le problème, c’est qu’il n’y a pas de vraie bonne place pour jouer à Montréal, regrette Pierre Tougas. Un petit stage comme celui des Foufounes électriques, avec les drums des quatre bands dans un coin que doit surveiller un gars pour ne pas qu’ils se fassent voler, ce n’est pas digne des groupes de calibre international qui jouent là. Il y a tellement de bons musiciens dans la niche métal extrême et death métal présentement. J’oserais dire qu’aucun autre genre musical au Québec ne produit autant de virtuoses. »

Insane + D.D.T.
En spectacle au National le 7 avril

Sword
En spectacle au Club Soda le 13 avril