Loverboy Beatface, Délage

Qui c’est, ce Délage, crooner allemand avec un nom français et qui chante en anglais ? Sa première proposition longue durée, Loverboy Beatface, porte aux nues la romance perdue, le samedi soir passé tout seul et le grand amour par un son expressément bon marché, rappelant un groupe de surf rock (du genre Growlers ou Allah-las) sur Ativan. Entre malaise et enchantement, une très mince ligne… Mais le flegmatique Européen nous charme assez vite : le manque de moyens évident n’a d’égal que sa verve. Cette frugalité dans l’instrumentation résulte en un petit quelque chose de Daniel Johnston, de Suicide, sans oublier Mac DeMarco. Dès les premières notes de Call Me Today, la pièce d’ouverture, on sent qu’on a mis la main sur un chouette exemple de fait maison, une pépite d’anti-folk, avec un chant si monocorde que c’en est bon. Et pendant ce temps, le pauvre Délage pleure son amour perdu. Allez, jeune homme, évacue tout ce que tu as sur le coeur.
 

Loverboy Beatface

★★★★
Anti-folk

Délage, Field Mates Record