In a Poem Unlimited, U.S. Girls

Ne nous laissons pas charmer trop rapidement par le groove langoureux de Velvet 4 Sale en ouverture du sixième album de Meg Ramy (U.S. Girls), ni par son joli timbre pincé rappelant celui de Kate Bush. Car en s’éloignant davantage de ses débuts expérimentaux pour embrasser glam rock, soul et disco — fameuse et entraînante M.A.H., une lecture critique du mandat d’Obama —, Ramy offre un véritable brûlot, acerbe et revendicateur. « Instill in them the fear that comes with being prey », lance-t-elle au patriarcat en conclusion de cette première chanson. Sur le lugubre proto-house bruyant d’Incidental Boogie aux relents de Blondie, elle se met dans la peau d’une victime de violence conjugale : « I still do what I want / And I still do what I like / But now, I got this man to show me that I’m all wrong / He hits me left, he hits me right / All the time, but no marks ». La Torontoise d’origine américaine enrobe ses saisissants textes d’entraînantes et enjôleuses musiques, et l’effet que procurent ces chansons, toutes fascinantes, s’en trouve ainsi décuplé. De la pop urgente et utile.

Écoutez Mad As Hell

In a Poem Unlimited

★★★★
Pop

U.S. Girls, 4AD