Hammerklavier. Beethoven : Sonates pour piano n° 14 et 29. Murray Perahia

Le disque est une photographie, nous disait Yannick Nézet-Séguin la semaine dernière. Le disque peut aussi être un legs. Pendant l’année 2016, Murray Perahia a parcouru les salles du monde en jouant la Sonate Hammerklavier de Beethoven. Nous l’avions entendu à Montréal en mai 2016. En novembre, il entrait en studio pour l’enregistrer. L’impression laissée par le disque est nettement plus marquante que le concert. Qu’on ne s’attende pas à quelque chose de tonitruant ou de spectaculaire. Il reste l’épure, mais cette épure est habitée par une subtilité qui soupèse tout. L’absence totale de dureté, la flexibilité, la fluidité de la ligne ont été acquises par la fréquentation de l’oeuvre à longueur de concerts. Il n’y a là ni geste, ni à-coup, ni volonté de « performance ». Tout est flux et liquidité, tant dans la gestion de la ligne que des dynamiques. Ce naturel et cette humanité irradient également dans la sonate Clair de lune en complément.

 

Murray Perahia joue le Scherzo de la Sonate Hammerklavier de Beethoven

Hammerklavier

★★★★ 1/2
Classique

Beethoven, Sonates pour piano nos 14 et 29, Murray Perahia, DG, 479 8353