L’Orchestre métropolitain engrange les partenariats et muscle sa saison

Le chef Yannick Nézet-Séguin et la pianiste Hélène Grimaud, en octobre 2016
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Le chef Yannick Nézet-Séguin et la pianiste Hélène Grimaud, en octobre 2016

Les pianistes Hélène Grimaud et Nicholas Angelich et les basses Ildar Abdrazakov et John Relyea sont les vedettes de la saison 2018-2019 de l’Orchestre métropolitain, qui, après Bruckner, se lance dans une intégrale Sibelius.

« Mon prochain disque, je veux le faire ici ! » Voilà ce que la basse vedette de la Deutsche Grammophon (DG) Ildar Abdrazakov a déclaré après la séance d’enregistrement de ses duos avec Rolando Villazón et le Métropolitain. DG reviendra donc à Montréal enregistrer le second récital du chanteur russe, un programme Verdi.

Ce sera en octobre 2018 à l’église Très-Saint-Nom-de-Jésus. « Et on fera un beau gala à la fin », s’est réjoui Yannick Nézet-Séguin devant ses musiciens. Le concert aura lieu le dimanche 28 octobre à la Maison symphonique.

L’éditeur québécois Atma posera, lui, ses micros à cet endroit trois semaines plus tôt pour capter la 1ere Symphonie de Sibelius, le début d’un nouveau cycle, après celui des symphonies de Bruckner qui a abouti à la parution d’un coffret, vendredi dernier.

« J’ai pendant un temps fantasmé sur Chostakovitch, mais s’embarquer dans un cycle de quinze avec certaines symphonies que j’ai vraiment encore du mal à digérer, je me suis dit que ce n’est pas le moment », nous dit Yannick Nézet-Séguin. Aux yeux du chef, « Sibelius est plus contrôlable et c’est un compositeur que les musiciens aiment jouer. Je vais aussi faire un cycle Sibelius dans les prochaines années avec Philadelphie pour Carnegie Hall. Je vois où nous pouvons aller avec ça ! », sourit le chef.

Le retour de la pianiste Hélène Grimaud

Lors du concert de la 1re de Sibelius, présentée deux fois, le pianiste Nicholas Angelich jouera Rachmaninov (Concerto no 4, puis Concerto no 3), un cycle là aussi, mais en concert seulement, avec les Concertos nos 1 et 2 et la Rhapsodie la saison suivante.

L’autre vedette du piano lors de cette saison sera Hélène Grimaud pour le Concerto de Schumann le 21 décembre, lors duquel Yannick Nézet-Séguin dirigera la 9e Symphonie de Mahler. Le chef québécois se fera plaisir avec Le château de Barbe-Bleue de Bartók le 1er mars (solistes Michèle Losier et John Relyea) et la Symphonie « Chant de louanges » de Mendelssohn en clôture, couplée à Jeremiah de Bernstein, le 2 juin.

Parmi les nouveautés, Nicolas Ellis devient « collaborateur artistique » de Yannick Nézet-Séguin pour deux ans avec un grand concert, comprenant la 4e Symphonie de Beethoven, et un concert « Airs de jeunesse », ainsi que d’autres tâches connexes. Le violoniste Kerson Leong sera l’artiste en résidence.

Kensho Watanabe, Alexander Shelley, directeur musical du Centre national des arts, Keri-Lynn Wilson, le fulgurant Jordan de Souza, que « tous les musiciens ont souhaité revoir » après son Don Giovanni à l’Opéra de Montréal, et le Viennois Christoph Koncz, violoniste du Philharmonique de Vienne, qui à l’âge de 12 ans interprétait le rôle de Kaspar Weiss dans Le violon rouge, de François Girard, seront les autres chefs de la saison qui comprendra onze concerts, un concert des 10 ans d’« Airs de jeunesse », un concert du choeur et les apparitions du Métropolitain dans la fosse de l’Opéra, notamment L’or du Rhin de Wagner.