Vertige, Basalte

Basalte est un exemple de métal qui transcende les frontières du genre (mais qui croit encore aux genres, de toute façon ?). Construites comme de longues (entre 9 et 15 minutes) pièces progressives, qui ne sont en fait que les actes d’un seul et même tout, les quatre chansons qui composent Vertige explorent les différentes variantes du désespoir humain. Le groupe montréalais, par des crescendo d’intensité (solos de guitare éreintants et voix à la puissance variable), élabore une pratique maîtrisée de la tension. Surtout instrumental, Vertige est une promenade tumultueuse dans un orage, avec des moments d’accalmie très versés dans le post-rock et/ou le post-punk (vers la fin de Éclat de verre, notamment). Si la couverture de l’album laisse croire à un commentaire sur le brutalisme, la musique de Basalte est plutôt organique, comme des éléments qui s’entrechoquent et se répondent. La plus grande réussite de l’album, c’est cette atmosphère mystique.
 

Vertige

★★★
Métal expérimental

Basalte, GBS Records