Ma Patrie, Œuvre de Smetana, Orchestre philharmonique tchèque, Jirí Belolávek

Lorsqu’on étudie de manière approfondie la tradition d’interprétation de la musique tchèque depuis les années 1940, notamment dans des oeuvres comme les 6e et 7e Symphonies de Dvorák, on s’aperçoit de la coexistence de deux écoles : une romantique, picturale, brahmsienne et une beaucoup plus cartésienne et lapidaire, qui semble directement l’héritière des Symphonies nos 5 et 7 de Beethoven. Archétypiquement, Rafael Kubelik incarne la première et Karel Sejna la seconde. Il a toujours été difficile de situer Jirí Belohlávek dans ce schéma. Lors de ce concert enregistré au Printemps de Prague 2012, et qui éclipse totalement ses deux versions antérieures, le chef décédé en mai dernier nous livre une interprétation granitique, d’une intransigeance presque sauvage. Nous sommes loin de la grande poésie musicale, pour naviguer dans la peinture historique épique et sans concessions. C’est un ajout fascinant à la discographie et un grand testament musical.

Écoutez un extrait de l'album

Ma patrie

★★★★ 1/2
Classique

Oeuvre de Smetana, Orchestre philharmonique tchèque, Jirí Belolávek. Decca 483 3187