Frank Peter Zimmermann, Concertos pour violon BWV 1041, 1042, 1052 et 1060 de Bach.

Heureusement, je ne suis pas un tronc d’arbre, parce que je suis scié par Frank Peter Zimmermann. Le violoniste allemand me communique le sentiment de respirer exactement le même air au même endroit et me fait penser à cette phrase de Leonardo García Alarcón dans Le Devoir de samedi dernier, à propos du Concerto en ré de Stravinski : « J’espère qu’on va pouvoir faire la version que j’entends à l’intérieur de ma tête. » Chaque nuance, chaque appui, chaque ornementation, chaque phrasé des concertos de Bach de Frank Peter Zimmermann sont comme la concrétisation sonore d’un idéal que je ne pensais jamais voir accompli. Il y a évidemment eu d’autres versions des Concertos pour violon de Bach, référentielles (Mullova) ou plus personnelles (Mutter, Radulovic). Mais c’étaient des « interprétations », alors que Zimmermann, comme dans Mozart, « délivre une parole » et ne fait, au fond, que respirer la musique.

 

Frank Peter Zimmermann joue le Concerto BWV 1041 de Bach

Frank Peter Zimmermann

★★★★★
Classique

Concertos pour violon de Bach. Haenssler HC 17046.