Rule 62, Whitney Rose

Ce n’était pas pour rien que Whitney Rose chantait avant les Mavericks à L’Astral en décembre dernier, comprends-je maintenant que j’ai son album en main (et dans les oreilles, pour longtemps) : c’est un peu beaucoup les Mavericks qui l’accompagnent sur disque. Ce sont ses chansons à elle, qui tiennent debout toutes seules, mais la batterie de Paul Deakin, et surtout l’apport majeur du formidable Raul Malo, qui chante les harmonies, joue partout des guitares jouissivement twangy et réalise ce quatrième album de la chanteuse de l’Île-du-Prince-Édouard, éloigne avantageusement l’album de l’usine à corned beef nashvillienne. Du goût, de l’audace, le sens de la tradition et la part tex-mex, voilà ce qu’apportent nos chers aguerris aux airs doux de Whitney. Better to my Baby mêle le country au son des « girl groups », Arizona est du pur « Bakersfield Sound » (bondissant et joyeux). Et j’élis Wake me in the Morning chanson de route des chansons de route. Aucun hiver ne peut résister à ça.

 

Whitney Rose - Wake Me In Wyoming

Rule 62

★★★★
Country

Whitney Rose, Six Shooter Records